9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 20:37

Un article pour nous réchauffer car c'est le grands froid qui persiste !!

2012-02-05-10.34.44.jpg2012-02-05-10.34.50.jpg

Visite et nettoyage de l'intérieur de la voûte pour voir l'état général, à gauche c'est bon,à droite aussi et au centre un peu abîmé mais cela reste suffisant et pas inquiétant pour une utilisation annuelle.

2012-02-05-10.34.37.jpg2012-02-05-10.34.59.jpg

Dans l'ensemble c'est correcte, mais restons prudent  avant de le faire fonctionner.

2012-02-09-18.44.13.jpg2012-02-09-17.45.40.jpg

Le dérhumage,reste une étape obligatoire ,surtout pour les anciens fours qui n'ont plus servis depuis longtemps.

un dérhumage est à faire en plusieurs fois, des petites flambées qui seront plus intenses au fur et à mesure pour évacuer toute humidité dans les matériaux tel que les pierres,briques, terre cuite et terre par elle même.

cela permet de voir aussi la réactions des briques de la voûte  au feu et mettre le four en température progressive et non pas le monter en température d'un coup au risque de tout faire tomber au niveau de la voûte ou éclater les matériaux.

100_1177.JPG100_1178.JPG

Ce four est à restaurer, à commencer par l'avaloir à qui je dois remettre un linteau en pierre ou béton  enduit ensuite, et maçonner des briques manquantes.

2012-02-06-16.48.23.jpg2012-02-06-16.48.46.jpg

La sole qui est en fait le sol ou sera à faire un torchis isolant, puis une pose de dalle en terre cuite réfractaire assez importante, 26x26x5 cm d'épaisseur pour une bonne résistance aux hautes températures.

celles que j'ai retiré,sont trop vielles hélas et j'en ai pas assez de toute façon.

-004288-.jpg-004287-.jpg

A l'extérieur, les tuiles seront à changer aussi ,tout comme je l'ai fait avec le fournil qui est lui aussi en cours de restauration.

sous ces tuiles il y a certainement de la terre qui n'isole pas la voûte, et je comptes la retirer pour y mettre à la place un torchis assez épais et qui va d'une part isoler la voûte, mais aussi consolider celle-ci.

2012-02-05-09.41.55.jpg

Ce fournil et four à pain, seront restaurer à l'ancienne et seulement avec des matériaux naturels histoire de conserver ce petit bâtiment qui fait parti de notre patrimoine et ça c'est important à nos yeux.

vous pouvez revoir le commencement de la restauration en cliquant sur la catégorie  "toiture et charpente."

 

 

 

Partager cet article

Published by bricoman85 - dans cahet de l'ancien
commenter cet article

commentaires

Sam 10/02/2012


Salut Raynald, j'ai moi aussi hérité d'un four à pain qui à besoin d'une bonne remise en état. A l'intérieur ça a plutôt l'air d'un hérisson à l'envers, si tu as des infos, j'aimerai bien en
savoir plus, merci. Sinon, si tu as un peu de temps pour de la lecture je te conseille le site d'un gars un peu fou mais au talent certain: http://www.deschamps-web.com/le_four


 

schuler 13/02/2012


Bonjour,


 


Tout d'abord, je vous souhaite bon courage pour cette nouvelle année de travaux qui commence. 


 


Félicitations également pour l'émission télévisée, qui a le mérite de montrer qu'une autre philosohpie est possible !


 Vous êtes chanceux avec le four à pain, qui est en bon état hormis la sole. 


Par contre le linteau de la hotte, je mettrais un bois... tout simplement !


La hotte était surement crépie. 


Je ne pense que ce four avait un linteau en pierre... cela dit rien n'est impossible...


L'architecture paysanne est truffée d'exceptions... c'est ce qui fait son charme et son intérêt... c'est la désespérante uniformisation apportée par les matériaux industriels qui a fait tant de
mal à nos région. 


Savez-vous de quoi était fait ce linteau avant ? 


N'y a-t-il pas un autre four dans le village encore en état qui vous renseignera ? 


Le linteau en béton... euh... non ! La France entière vous regarde maintenant !! (rires) Pas de béton !! 


Pour la sole, consultez le bas de la page 45 de ce document :


http://www.maisons-paysannes.org/images/stories/delegations/les_materiaux_de_construction_en_moselle_au_xixe_siecle_2.pdf


 


Document de l'association Maisons Paysannes de France, que vous connaissez bien !


Je pense que la façon de faire est transposable à votre département. 


Vous parlez de torchis pour "isoler" la voute, et pour poser les pavés de la sole... 


Le torchis, mélange de terre et de paille, (voire un soupçon de chaux) n'était pas utilisé pour ça, à mon avis... peut être vouliez-vous simplement dire mortier de terre ou terre argileuse.


 


Quand le four frolera les 300 °C, j'ai un petit doute quant au devenir de la paille incluse dans le torchis !!


 


Pour ce travail assez rare, vous pouvez bien sur consulter le délégué de MPF de votre département pour la réfection de la sole. 


Même après plusieurs années passées dans cette asso, je ne commence jamais rien sans redemander l'avis aux autres memebres, même quand je pense être à peu près sur de la marche à suivre. C'est
toujours l'occasion d'avoir un échange intéressant, c'est la raison d'être de cette association !


Enfin, si le coeur vous en dit, je peux vous envoyer par mail (il me faut votre adresse auquel cas...) un devis de 1835 que j'ai intégralement recopié. Il a l'avantage d'être complet, des
fondations aux finitions, et avec les prix de l'époque... qui laissent perplexe d'ailleurs !


 


En passant une journée aux archives départementales, vous trouverez surement un devis (dans les archives communales de votre commune, ou à défaut une commune voisine) qui vous donnera des
indications précieuses sur la mise en oeuvre des matériaux dans votre département, au XIXème. 


Bonne continuation à vous 


 


Mr Schuler


 


 


 

sylvie 14/02/2012


Bonjour Reynald,


Nous avons aussi un four que nous allons restaurer cet été. Il est à peu près dans le même état, je vais donc suivre attentivement tes travaux.


Bonne continuation

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog